Amateurs Constructeurs du Grand Sud-Est
retour vers Accueil @ Métrique 43

Le compte-rendu 19MAY07  update.gif (1811 octets)   Les photos 19MAY07  update.gif (1811 octets)
Réflexion sur une base de données  19MAY07 update.gif (1811 octets)

Retour à la page d'accueil  des
Amateurs-Constructeurs
 

Pour nous contacter passez par la page d'accueil

Amateurs constructeurs du grand Sud-Est
Réunion printemps 2006


Le compte rendu JUIN 200619MAY07  update.gif (1811 octets)

Cher ami,

La réunion de printemps de notre groupement d’amateurs constructeurs s’est tenue le samedi 8 avril à la cafétéria de la halle des sports de la commune de Camaret (Vaucluse), accueil à partir de 9h30 par Gilbert Lebec avec café et croissants, c’était très agréable.

Sur 64 courriers adressés, nous avons réuni 27 personnes et 15 se sont excusées. C’est bien dommage pour les autres, car l’ambiance était chaleureuse et instructive.

Le matin a permis à chacun de faire connaissance ou de renouer des dialogues entamés lors des dernières rencontres. Les participants ont déballé leurs modèles finis ou en construction(très bonne participation) ainsi que de l’outillage et divers produits.

Après une allocution de bienvenue d’Henri Rodde et de Christian Roques, qui rappellent le programme de la journée, un tour de table où chacun se présente et précise son parcours, ses centres d’intérêt et ses spécialités permet d’établir les contacts et de mieux se connaître par affinités.

Le repas dans une ferme auberge fut l’occasion d’échanges divers et dès le retour les ateliers se sont tenus avec des démonstrations certes virtuelles, mais avec des outils et des produits bien réels.

 

Le compte-rendu en a été établi avec précision par Gérard Chaudet :

‘’René Marche expliqua les différents procédés de soudure (on devrait dire brasage) à l’étain :

au fer classique, au chalumeau, avec le système à résistance électrique ; le brasage fort au chalumeau butane ou propane et oxygène est également expliqué en détail. Il explique qu’il a banni de son atelier l’eau à souder classique (à base de chlorure de zinc) vendue très cher et dont les aérosols attaquent et rouillent toutes les pièces métalliques dans l’atelier et en particulier l’outillage si précieux.

 A la place, il utilise le détartrant liquide pour cafetières de marque ONIX disponible en flacon de 19 cl  (à diluer à 50% avec de l’eau distillée) ou pur pour nettoyer le laiton à froid.

Gérard Chaudet utilise dans ce cas un décapant liquide pour métaux de nom ‘’OT’ROUILLE’’ du fabricant de peinture JULIEN ; ce produit permet de souder très bien le laiton, l’acier, l’inox et le métal blanc mais aussi de nettoyer ou décaper toute pièce ou assemblage en cuivre, laiton, bronze ou maillechort en l’utilisant tiède.

Dans tous les cas, ne pas oublier de rincer efficacement en finissant le rinçage par de l’eau déminéralisée.

Toujours au sujet de soudure à l’étain, une réglementation CEE interdit désormais le plomb dans les soudures et la vente sera interdite fin JUIN 2006. Il vaut mieux faire du stock car il apparaît que la soudure sans plomb pose quelques problèmes.

 

POUR LE SABLAGE, Gérard Chaudet présentait une cabine adaptée à notre hobby ainsi que le pistolet de sablage BADGER et les produits utilisés avec, alumine et corindon.

Il présentait aussi :
-le procédé pour dresser parfaitement les fils métalliques recuits afin d’avoir de belles tubulures et des faisceaux parfaitement jointifs ;
-le set manuel de galvanisation de chez CONRAD permettant de dorer, argenter, nickeler (voir page 542 du catalogue).

 

COTE MOTORISATION, Henri Rodde développait une étude préparée avec Robert Roigt sur la puissance nécessaire aux moteurs de nos modèles et présentait les éléments pour une motorisation avec une variété importante de moteurs et de motoréducteurs de tous types.

Henri Rodde fait remarquer que les transmissions aux roues par mini-chaînes en acétal (PRUD’HOMME TRANSMISSIONS ou GRANDT’LINE) offrent un rendement supérieur aux courroies, sont aussi silencieuses, solides et permettent une suspension sans problème ; sur des locotracteurs ou des bogies, c’est une excellente solution qui plus est respecte la réalité pour les locotracteurs.

Autre précision apportée par un amateur : le gros réducteur équipé d’un moteur type 540 en 6v (page 602 du catalogue CONRAD) peut être utilisé directement avec le très puissant moteur PITTMAN disponible chez N.W.S.L. L’adaptation est parfaite.

COTE PEINTURE, Henri Rodde présentait également rapidement, car le temps passe toujours trop vite dans ces moments forts, l’utilisation des colorants universels permettant de teinter n’importe quel type de peinture. Le pouvoir est extrêmement important et les doses seront donc minimes.

 

COTE DECOR, l’exposition de bâtiments à diverses étapes et leur intégration en fond de décors (réalisations de Paul Boisson et de Jacques Douriez) n’a pu être présentée faute de temps.

 

N’oublions pas les remarquables réalisations d’André Goletto et ses démonstrations de DAO et de CAO, du pro ! De quoi rêver.

 La réunion devait s’achever aux alentours de 18h00.

 

Cette première rencontre à Camaret a été très agréable grâce à GILBERT LEBEC qui a géré parfaitement les problèmes locaux (réservation de la salle, réservation du repas, préparation du petit déjeuner et de l’apéritif…) avec beaucoup de dévouement.

Aussi, certains parmi nous souhaiteraient une fréquence bi-annuelle à ces réunions ; à cela, rien d’impossible sinon les difficultés d’organisation et la disponibilité de chacun.

Faire une réunion dans la première quinzaine d’octobre présente des impératifs beaucoup plus difficiles à gérer que pour la réunion du printemps. En effet, il faut arrêter la date 2 mois avant, soit au plus tard vers le 15 août, réserver la salle et adresser les invitations pour avoir les réponses au plus tard vers le 15 septembre.

En 2005,la réunion d’automne a échoué faute de réponses dans le délai imparti.

Gérard Chaudet et Claude Moricard, avec la participation locale de Gilbert Lebec, sont prêts à prendre en charge l’organisation de cette réunion ; que ceux qui sont favorables à cette idée

( et qui sont surs d’y participer, cela va de soi) se manifestent en contactant Gérard Chaudet au 04.75.61.21.44. Pensez également à proposer des sujets pour cette réunion.      MERCI              

 

INFORMATIONS DIVERSES

Compte-rendu financier :

Encaissé :                     27 participants à 35 euros                   soit 945 euros.

Dépensé :  Location de la salle     100,00 euros
                   
Gardiennage                83,72 euros
                   
Petit déjeuner/apéritif  76,19 euros
                   
Déjeuner   22x27        594,00 euros
                    
Correspondance (enveloppes, timbres et photocopies)100      Total :953,91
euros

Il faut souligner que le téléphone et internet illimités permettent d’éviter des dépenses de gestion plus importantes.

Dans ce but, il serait intéressant d’établir un fichier avec adresse, téléphone et internet avec bien entendu l’accord de chacun ; ce listing n’étant strictement utilisé que pour nos réunions.

 

Modèle proposé en construction club :

Au cours d’une discussion(Paul Boisson/Christian Roques), il nous avait paru intéressant de proposer l’étude et la construction d’une draisine type Billard ou Delaunay avec wagonnet car ce type de matériel n’a pratiquement pas été réalisé et intéresse tous les réseaux.

Que ceux qui sont intéressés par ce projet ou qui ont une documentation me contacte par  téléphone (04.94.41.06.27) ou par mail ( famille.roques(at)cegetel.net  ).

 

Du questionnaire adressé pour la réunion d’avril,
il ressort en majorité une préférence pour l’époque 1938/1960 (régions SNCF 5 et 6) et pour la vapeur et les autorails. Le PLM, le NORD et L’EST viennent ensuite.

En annexe, un commentaire de Bernard Convers sur la création d’une base de données.

Bien amicalement.                                        Christian Roques

top.jpg (1115 octets)


Les photos des modèles exposés 19MAY07  update.gif (1811 octets)

  • Fourgon
    montage (??)
  • 242TA LOMBARDI
    montage (??)
 
  • Allège postale PAZ 500
    construction intégrale Roland G.
 
  • 241P SEMBLAT
    (tender et extrémité de chaudière)
    montage Jean H.
 
  • 241A Est JCR - montage Jean H.

  • X3800 "Picasso" AMJL
    montage Henri R.

 
  • X2800 AMJL
    montage Henri R.

 
  • K50 SEMBLAT
    montage Christian R.

  • Fourgon générateur Mistral1956 - construction intégrale par Paul B.

  • 221B Est
    construction intégrale par Paul B.
 
  • 120 Forquenot
    construction intégrale (??)
 
  • 242TD AMJL
    montage Christian R.
 
  • Bogie de BB67400
    construction intégrale (??)

  • Châssis de voiture Bruhat
    construction intégrale (??)
 

top.jpg (1115 octets)


De la création d'une base de données ferroviaires…19MAY07  update.gif (1811 octets)

Le sujet est vaste. Beaucoup plus vaste que ne pourrait le laisser penser le premier abord. En tout cas, infiniment plus vaste que "je" ne l'ai pensé au premier abord…

Vaste, donc, mais vaste comment ?

Oh !, insuffisamment pour prétendre à l'infini, certes, mais bien assez pour que celui qui s'y attelle se rende rapidement compte qu'il n'en verra jamais la fin, car…

Car les contours en sont… aussi mal définis que non définissables,

Les objectifs… tout aussi difficiles à définir précisément,

Les moyens à mettre en œuvre… pas évidents d'autant plus qu'en évolution permanente,

Le temps à y consacrer… sans limite supérieure.

Alors ? On abandonne ? Pas forcément car le sujet n'est pas totalement opaque.

Ce que j'en sais ?aujourd'hui du moinsdeux trois choses :

Que "l'informatique d'aujourd'hui" rend la tâche envisageable sinon possible, car la "solution papier"  vire très rapidement à l'impasse ou à l'inextricable, au choix… je le sais, j'ai essayé… et "l'informatique d'hier" n'avait pas les épaules… je le sais aussi, j'ai aussi essayé

Qu'il ne peut s'agir de l'œuvre d'un solitaire un peu fou, sauf à être la simple classification d'une documentation personnelle…

Qu'il s'agit là d'une œuvre utile… pour ne pas dire incontournable, voire fondamentale, n'ayons pas peur des mots… pour tous les amateurs-constructeurs qui, si j'en juge à ce qu'il m'est arrivé, s'arrachent les cheveux face au problème de la documentation, mais aussi, et d'une manière beaucoup plus générale, pour notre "hobby", si l'on veut que ce dernier ne disparaisse pas avec notre génération (je n'ai pas vu beaucoup de "jeunes" aux derniers "Expométrique", vraiment très peu, et vous ?…)

Qu'il s'agit là, en outre, d'un travail que je qualifierais de "conservatoire" pour toute une partie de notre patrimoine qui disparaît tranquillement, petit à petit, sans bruit et sans coup férir… le ver est déjà dans le fruit si j'en juge par le nombre de matériels pour lesquels n'existe plus aucun document

Où j'en suis ?

Pour faire court : au début

Pour faire précis: A la mise au point de la méthode et des outils d'exploitation de cette base de données. Car c'est là "le" point fondamental sans lequel rien de ce qui sera fait ne pourra être exploitable… et l'on se retrouverait sans cela dans un état proche de celui de notre bibliothèque nationale dans laquelle on sait qu'il y a tout ce que l'on cherche en même temps que l'on sait que ce que l'on cherche y est introuvable sauf à en devenir résident à plein temps

Ce qu'il est possible d'en attendre ?

Un accès aisé et rapide, et pour quiconque !… un quiconque qui n'a pas forcément qui de la famille tractionnaire, qui un pote au centre de documentation de la S.N.C.F ou à la "Vie du Rail", pour ne citer qu'eux, qui une fortune en temps et en argent à consacrer à la récupération de documentation  un accès donc, à n'importe quel type de document (plans, photos, textes, données techniques etc.), à tout le moins, le chemin pour y accéder lorsque pèsent des droits sur ces documents,

Un fonctionnement aux antipodes de ce qu'est le fonctionnement ô ! combien administratif de nos chères archives qui, la plupart du temps, ne semblent être là que dans un but de conservation, ou pour le plaisir des archivistes eux-mêmes tout en justifiant leur existence et, éventuellement, quand tout va bien, les besoins d'obscurs chercheurs hyper spécialisés ayant démontré cinquante fois déjà, et leur compétence, et leur droit d'accès, et par là même, leur droit d'exclusivité à cet accès.

Ce qu'il ne faudrait pas que ça devienne ?

Un club de plus, "privé" de préférence, avec bureau directorial, administration, hiérarchie et passe-droits de rigueur dans ce type de structures,

Une "collectionnite compulsivo-paranoïaque en même temps que jalouse" de plus, comme j'en ai déjà tant croisé.


Voilà, en très gros, ce à quoi je me suis attelé. Et je le dis tout de suite, pas plus dans un esprit d'altruisme que dans un esprit que je qualifierais de "communautarisme de la documentation". Mais tout simplement, parce que j'en avais besoin, et marre, voire plus que marre !, du bordel ambiant régnant en maître dans la mienne documentation.


Si ces propos vous intéressent, ou intéressent du monde, je peux développer et rentrer dans les détails. Faites-moi le simplement savoir.

Bernard CONVERS

top.jpg (1115 octets)


mis à jour le 25 août 2009compteur de visites